(Encore une) chronique de la haine ordinaire

S’il y a bien une chose que ceux qui ont visité Malmö récemment ne peuvent ignorer, c’est l’afflux de plus en plus en plus important d’immigrés venus des pays d’Europe de l’Est. En effet, il est devenu quasiment impossible de trouver un centre commercial ou un bâtiment public sans y voir l’un d’eux assis près de la porte d’entrée. Des hommes et des femmes de tous âges, affichant un écriteau en carton et tendant leur sébile pour y recevoir les aumônes d’âmes généreuses.

Ils sont très souvent traités avec indifférence. Les donateurs sont loins d’être légions. Et comment pourrait-il en être autrement quand les Suédois se méfient même de leurs semblables avec qui ils partagent la couleur de peau, la langue, le niveau de vie? Aujourd’hui, parler à quelqu’un dans la rue semble devenu aussi dangereux que la peste. Et quand on évite le contact avec ceux qui nous ressemblent, comment s’attendre à ce qu’on adresse la parole à des gens qui nous sont entièrement différents, qui risquent même de ne pas nous comprendre à cause de la barrière linguistique? Mais mon propos, dans ce post n’est pas de digresser sur l’attitude de gens qui ignorent leur semblables tout en attendant la confirmation de sa propre existence de leur part. Le fait de traiter les autres comme l’on ne voudrait pas être traité soi-même est devenu monnaie courante de nos jours. Lire la suite

Publicités