Nous sommes la France

Je viens d’achever la lecture de « Nous sommes la France », le dernier livre de Natacha Polony. J’ai été – agréablement – surpris de son contenu, tellement certains propos tenus par l’auteur sur l’identité française ou la laïcité semblaient confirmer ce que certains milieux disaient d’elle, la classant parmi les « néo-réacs ». La lecture de son livre permet d’avoir une idée précise de son propos. Et son contenu est bien loin de la caricature que l’on fait d’elle.

D’abord, contrairement aux propos de ses contradicteurs – ou plus exactement ses accusateurs -, elle n’entend pas exclure arbitrairement qui que ce soit de son concept de Nation française. La France, dit-elle en citant Ernest Renan, « c’est une âme et un principe spirituel, deux choses qui en fait n’en font qu’une ». C’est une volonté de vivre ensemble, sans aucun déterminisme géographique, racial ou religieux . Et elle souligne très justement que l’intégration n’est pas une nécessité réservée seulement aux nouveaux arrivants, mais qu’elle est également indispensable à chaque nouvelle génération de Français, afin que tous puissent trouver leur place au sein de nos sociétés. Tout le monde logé à la même enseigne. La division entre « nous » et « eux » n’est pas sa tasse de thé.

Ensuite, sa vision de la France n’a rien du « c’était mieux avant » qu’on entend dans certains milieux conservateurs, regrettant une époque où l’individu s’effaçait devant des contraintes que les mentalités imposaient. Elle abhorre certains propos de Barrès, illustrations de la xénophobie et de l’antisémitisme d’une certaine époque. Bien au contraire, c’est une idée basée sur l’héritage des Lumières qu’elle décrit, une conception humaniste de l’individu, à qui l’instruction est due pour lui permettre de s’émanciper et de vivre libre. Elle encense la France de Gargantua, prescrivant dans une lettre à Pantagruel les connaissances nécessaires pour devenir un « honnête homme ». « L’individu est son propre souverain, dans une nation elle-même souveraine », écrit-elle.

D’où mon étonnement à lire parfois une définition du libéralisme comme une broyeuse dont le rôle serait de décerveler et de pousser à la consommation maximale. Bien au contraire, le libéralisme est précisément la philosophie qui pousse à l’émancipation de tout être humain qu’elle appelle de ses vœux. L’entreprise de démolition actuellement à l’œuvre est clairement anti-libérale car elle a pour but de fabriquer des consommateurs passifs et non des citoyens émancipés et doués de raison. C’est le seul reproche que je ferai à ce livre: permettre la confusion entre une philosophie profondément libératrice et son exact contraire.

Pour le reste, rien qui n’aille de soi: le principe de laïcité fixant les droits et les devoirs de chacun, fidèle à l’esprit de la loi de 1905 – « la liberté s’arrête là où commence celle des autres » – et sa violation flagrante aujourd’hui sous prétexte d’une laïcité « ouverte » et « tolérante »; l’absurdité de la politique migratoire qui parque les nouveaux venus dans des ghettos; la déliquescence de notre système scolaire qui indigne l’enseignante attachée aux humanités qu’elle est et qui noircit l’avenir des générations suivantes, faute de leur permettre l’élévation de l’esprit par la connaissance; la valorisation de la consommation à outrance; et, conséquence directe de ces politiques, la haine de la France dans certains milieux – et pas seulement d’origine étrangère, le cas de Maxime Hauchard qu’elle cite démontre que la déculturation peut engendrer la frustration et la haine même chez les plus enracinés, ceux qui sont Français depuis plusieurs générations. Le vide spirituel peut avoir des conséquences tragiques.

En résumé, c’est un portrait sans concession de la France actuelle et une explication aux tourments qui la rongent, qui plusieurs fois en 2015 se sont exprimés dans le sang. La question est-donc: va-t-on continuer dans cette voie, ou retrouvera-t-on, pour citer De Gaulle, une certaine idée de la France?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s